Auteurs

Pieragostini Rémi* (Pharmacie, hôpital Beaujon (AP - HP), Paris, France) | Oger Caroline (Pharmacie, hôpital Beaujon (AP - HP), Paris, France) | Leblanc Olivia (Pharmacie, hôpital Beaujon (AP - HP), Paris, France) | Pons-kerjean Nathalie (Pharmacie, hôpital Beaujon (AP - HP), Paris, France) | Gagaille Marie-pauline (Pharmacie, hôpital Beaujon (AP - HP), Paris, France)

Présenté par: Pieragostini Rémi




Notre unité de préparation centralisée des cytotoxiques (UPCC) assure la reconstitution des chimiothérapies pour notre établissement et 2 donneurs d’ordre. Depuis la mise en place de la sous-traitance, les bases Chimio® de chaque site sont utilisées pour gérer la production, soit 3 logiciels différents. Une base Chimio® mutualisée va être déployée, permettant d’optimiser et sécuriser le circuit des chimiothérapies. Sur la base d’une AGR menée il y a 2 ans sur notre processus de préparation (AGR1), nous avons de nouveau étudié ce processus à la lumière du nouvel outil informatique (AGR2). L’objectif est de mettre en avant les risques supprimés grâce au nouvel outil, d’analyser les risques qui apparaissent, et d’anticiper la nouvelle organisation de la production.


Le groupe d’experts de l’AGR1 a été reformé. Pour l’AGR2, la 1èreétape de la méthode dite AGR « système » a consisté en l’identification des situations dangereuses (SD) qui changent vers plus ou moins de sécurité, celles qui sont inchangées, celles qui disparaissent et celles qui apparaissent, afin de construire une nouvelle cartographie des SD. Pour la 2èmeétape dite AGR « scénarios », les échelles d’évaluation (gravité, vraisemblance) et de décision (échelle et matrice de criticité) de l’AGR1 ont été conservées et seules les SD qui apparaissent ou qui changent vers plus de risque ont été analysées sous forme de scénarios. Cette analyse a abouti à l’élaboration d’un plan d’action.

 

Parmi les 140 SD identifiées lors de l’AGR1, le nouveau logiciel permet de supprimer 2 SD et de faire évoluer 10 SD vers plus de sécurité. 5 SD évoluent vers moins de sécurité et 6 SD apparaissent. Ces 11 SD donnent lieu à l’analyse de 11 scénarios, dont 3 sont de criticité 3 (complexification de la gestion des reliquats, difficultés pour le contrôle visuel des préparations), 4 de criticité 2 (oubli d’édition de fiches de fabrication, difficultés liées au nouveau stockage des produits) et 4 de criticité 1. Pour traiter les scénarios de criticité 2 et 3, le groupe de travail décide de mesures de réduction du risque déclinées en 7 fiches action.

 

La base Chimio® mutualisée va permettre de diminuer les risques sur notre processus de production. De nouveaux risques, liés au changement d’organisation de la production, ont été identifiés et gérés en amont grâce à l’AGR2. Le nouveau logiciel va simplifier le processus et permettre de gagner en efficience, ce qui justifie le travail très conséquent de paramétrage qu’il a nécessité (notamment harmonisation des codifications, harmonisation et saisie des protocoles, création des DCI, produits, services et utilisateurs). La méthode AGR, au-delà de structurer l’analyse des risques, s’est avérée être un excellent outil de management, induisant une forte implication des équipes et donc une bonne acceptation des changements à venir.



E-Poster