Auteurs

Ducray Julie* (Pharmacie, Hôpital privé A. Tzanck, Mougins, France) | Largillier Rémy (Oncologie médicale, Centre azuréen de cancérologie, Mougins, France) | Millant Isabelle (Pharmacie, Hôpital privé A. Tzanck, Mougins, France) | Wisniewski Nathalie (Pharmacie, Hôpital privé A. Tzanck, Mougins, France) | Azouza Wakil* (Pharmacie, Hôpital privé A. Tzanck, Mougins, France)

Présenté par: Ducray JulieAzouza Wakil




  • Introduction : Le palbociclib, ribociclib, et abémaciclib, sont des inhibiteurs des kinases 4 et 6 dépendantes des cyclines (CDK4/6). Pour le ribociclib et l’abémaciclib, une élévation de la créatinine sérique (Cs) est décrite dans les résumés des caractéristiques des produits (RCP) comme étant fréquente (respectivement 10% et 98% des patients). A l’inverse, aucune augmentation de la Cs n’est citée dans le RCP du palbociclib, toutefois l’étude PALOMA7 met en évidence une élévation de la Cs chez 4,5% des patients.

    Objectif : Ce travail a pour objectif d’évaluer en vie réelle le taux de Cs et la clairance rénale estimée (ClE), chez les patients traités par palbociclib.

    Matériels et méthodes : Etude monocentrique rétrospective portant sur 30 patients, de sexe féminin, âgés de 68 +/- 11 ans, atteints d’un cancer du sein traité par palbociclib 125mg, pour lesquels nous avions réalisé au moins une rétrocession. Les données de Cs et de ClE par la formule CKD-EPI ont été recueillies à partir du logiciel patient Aria®.

    Résultats : A 6 mois, 77% (23) des patients ont arrêté le traitement pour effet indésirable (neutropénie majoritairement). Au cours du premier mois de traitement, 30% (9) des patients ont vu leur ClE diminuer, 20% (6) passant d’une insuffisance rénale (IR) légère à modérée, 10% (3) d’une ClE normale à une IR légère. A  6 mois de suivi, 33% (8) des patients en cours de traitement ont vu leur ClE diminuer (changement de stade de l’insuffisance rénale). Sur les 23 patients ayant arrêté le traitement, 31% (7) ont vu leur ClE augmenter 1 mois après l’arrêt du palbociclib : 9 % (2) passant d’un stade d’IR modérée à légère, 22 % (5) passant d’une IR légère à un retour à la normale de la ClE.

    Discussion/Conclusion : Dans les études cliniques, les élévations de la créatininémie sous abémaciclib sont survenues au cours du premier mois de traitement et réversibles à l’arrêt du traitement. La clairance rénale mesurée, sans utiliser les formules d’estimation (CKD-EPI, MDRD, Cockroft), n’est pas modifiée. Cette élévation de la Cs ne traduit donc pas une altération de la fonction rénale. De la même manière on retrouve dans notre étude, chez de nombreux patients, une augmentation de la Cs (non décrite dans le RCP), entrainant une modification de la ClE engendrant un changement de statut de la fonction rénale. Le choix de l’inhibiteur CDK4/6 doit donc se faire en tenant compte du profil de tolérance, des modalités de prises, de l’augmentation de la Cs entrainant un calcul faussé de la ClE et les conséquences qui en découlent (mauvaise adaptation de posologie de médicaments à élimination rénale…). L’augmentation de la Cs serait-elle un effet de classe des inhibiteurs CDK4/6 réversible à l’arrêt du traitement ?



E-Poster