Auteurs

Simonin Claire* (Service pharmacie, Institut Sainte Catherine, Avignon, France) | Kimbidima Reine (Service pharmacie, Institut Sainte Catherine, Avignon, France) | Coussirou Julie (Service pharmacie, Institut Sainte Catherine, Avignon, France) | Decrozals Françoise (Service pharmacie, Institut Sainte Catherine, Avignon, France)

Présenté par: Simonin Claire




Introduction

La prise en charge du cancer colorectal (CCR) métastatique est complexe et dépend du statut mutationnel de la tumeur. Les premières lignes métastatiques font intervenir les cytotoxiques et les antis EGFR et VEGF. En 3ème ligne et au-delà, des thérapies orales sont disponibles : le régorafenib et le trifluridine/tipiracil. Ce travail rapporte des données en vie réelle concernant l’utilisation et de la tolérance du trifluridine/tipiracil.

Matériel et méthodes

Cette étude monocentrique rétrospective a été réalisée chez des patients atteints de CCR métastatique ayant débuté une chimiothérapie par trifluridine/tipiracil. Le recueil des données a été établi à partir du dossier patient informatisé (ONCO®). Les éléments suivants ont été requetés : la ligne de traitement, l’OMS à l’instauration, le schéma de prophylaxie par facteurs de croissance (FDC), l’adaptation de dose, la tolérance, la durée sous traitement et les causes d’arrêt.

Résultats 

Au sein de notre établissement, 45 patients ont été traités par trifluridine/tipiracil depuis son AMM en septembre 2017. L’âge médian était de 69 ans. Pour 53% des patients (n=24) le traitement a été instauré en 4ème ligne métastatique et plus. Les patients présentaient un score de 2 ou 3 sur l’échelle de performance ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) pour 53% (n=24) alors que dans l’étude d’enregistrement RECOURSE la totalité des patients avaient un ECOG 0-1. L’intégralité des patients ont reçu des FDC en prophylaxie primaire. Dans l’étude RECOURSE, la prophylaxie primaire n’était pas recommandée et 9.4% des patients inclus ont dû bénéficier d’un traitement curatif par FDC. Une adaptation de dose dès le C1 avait été réalisée pour 37% des patients compte tenu de leur âge et de l’ECOG. Les principaux effets indésirables observés lors du C1 ont été : la fatigue (21%), les nausées et vomissements (30%). La durée moyenne sous traitement était de 62 jours (soit 2 cycles environ). L’arrêt du traitement pour progression objectivée par le scanner était de 58%, 38% pour mauvaise tolérance du traitement et/ou altération de l’état général et 4% sont décédés sous traitement.

Discussion/Conclusion

Notre population de patient n’est pas superposable à la population de l’étude RECOURSE. Les critères d’inclusions très stricts sont difficilement reproductibles en vie réelle. Nos patients ont des pathologies diagnostiquées depuis plusieurs années et ont acquis des fragilités au cours du temps. Pour optimiser au mieux ce nouveau traitement, l’adaptation de dose d’emblée ainsi que la prescription systématique de FDC en prophylaxie primaire aide à une meilleure tolérance au traitement. De plus, à chaque instauration, une consultation pharmaceutique est réalisée afin d’augmenter l’adhérence au trifluridine/tipiracil qui en pratique a un schéma de prise complexe.

 



E-Poster