Auteurs

Renault-mahieux Morgane* (Pharmacie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Saldana Carolina (Oncologie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Lebel Audrey (Oncologie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Joly Charlotte (Oncologie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Tournigand Christophe (Oncologie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Paul Muriel (Pharmacie, APHP Henri Mondor, Créteil, France) | Carvalho Muriel (Pharmacie, APHP Henri Mondor, Créteil, France)

Présenté par: Renault-mahieux Morgane




Introduction

Une étude de phase II (Corn et al 2015) laissait envisager une efficacité de l’association carboplatine-cabazitaxel (C-CBZ) avec une tolérance acceptable chez les patients ayant un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (mCPRC). Cette association hors AMM a donc été proposée chez certains patients en échec thérapeutique. Ce travail vise à évaluer l’impact de cette association quatre ans après sa mise en œuvre.

Matériel et méthodes

Pour chaque patient, les caractéristiques cliniques, d’efficacité en termes de survie sans progression (SSP) et de tolérance ainsi que les données de traitement ont été relevées rétrospectivement. Les coûts du cabazitaxel ont été calculés à partir du marché local. Les résultats sont présentés sous la forme médiane (min–max).

Résultats

Entre 2015 et 2019, 11 patients ont reçu un traitement par C-CBZ. Les doses de carboplatine et de cabazitaxel respectivement étaient de 4 (4-5) AUC et 20 (16-25) mg/m² toutes les trois semaines chez six patients, 3 (2,3-3) AUC et 14 (0-14) mg/m² toutes les deux semaines chez cinq patients; le traitement avait été donné jusqu’à progression. L’âge médian au CPRC était de 61 (52-78) ans et le score OMS pré-traitement de 1 (0-3). Le traitement avait été proposé en 5ème ligne en médiane (2-7).  Les données d’efficacité ont été récoltées après un suivi médian de 8 mois. Les patients diagnostiqués en phase métastatiques d’emblée (ME ; n=7) et ceux localisés évoluant vers mCPRC (L‑mCPRC ; n=4) ont présenté une survie sans progression (SSP) supérieure avec le schéma C-CBZ en comparaison avec la ligne précédente (5,3 mois (4,3-8,5) et  5,1 mois (3,7-7,0) respectivement contre 2,5 mois (1,8-5,6) et 2,1 mois (1,7-3,2)). Dix patients ont nécessité une adaptation de doses pour toxicité (dose-intensité du cabazitaxel et du carboplatine de 79 (22-100) % et 93 (53-100) % respectivement) parmi lesquels sept patients qui ont présenté une toxicité de grade 3-4 (hématologique=5, digestive=1, asthénie=2) dont 1 conduisant à l’arrêt du traitement chez le seul patient OMS 3 prétraitement. Le coût total du cabazitaxel était de 165 404,46€.

 

Discussion/Conclusion

Dans cette étude rétrospective monocentrique, le schéma C-CBZ proposé en ligne tardive confère une SSP supérieure aux schémas validés pour le traitement du mCPRC.  La tolérance est moyenne mais maitrisable (ajustement des doses, espacement des cures) ; un seul patient a arrêté précocement (OMS 3 pré-traitement).  Les toxicités étaient de nature similaire à l’essai de phase II mais en plus forte proportion (27% anémie, 36% thrombopénie, 9% leucopénie, 9% diarrhée, 18% AEG). Cependant, ces résultats sont obtenus au prix d’un coût difficilement supportable car le médicament n’est pas remboursé en sus des GHS.  Un essai clinique est en cours d’élaboration pour corroborer ces résultats encore préliminaires.



E-Poster