Auteurs

Garcia Mélanie* (Institut Paoli Calmettes, Marseille, France) | Darbon Floriane (Institut Paoli Calmettes, Marseille, France) | Paysant Céline (Institut Paoli Calmettes, Marseille, France) | Fougereau Emmanuelle (Institut Paoli Calmettes, Marseille, France) | Benizri Frédéric (Institut Paoli Calmettes, Marseille, France)

Présenté par: Garcia Mélanie




Traditionnellement les doses de médicaments cytotoxiques sont calculées en fonction de la surface corporelle du patient. L’analyse rétrospective des prescriptions sur l’année 2018, révèle qu’après application de nos critères de sélection, 18 cytotoxiques, éligibles à la standardisation, auraient entrainé en 2018 une préparation à l’avance sous forme de DS de 51% des préparations. Depuis janvier 2019, 12 molécules (33 dosages) ont été mises en place progressivement. Ce changement de pratique a pour objectif de diminuer les délais d’attente des patients en unité de jour (UDJ) et de fluidifier l’activité dans l’unité de production.

Nous avons étudié les préparations réalisées en DS depuis 6 mois (janvier – juin 2019). Afin de rendre ce projet optimal, nous avons mis en place des critères d’évaluation mensuels : nombre de préparations réalisées, jetées, répartition des attributions des DS en fonction des services, des prescriptions anticipées ou non, des agents cytotoxiques à « mise à disposition rapide » (première molécule à administrer d’un protocole (Ho)). Enfin, chaque mois, les délais de mise à disposition (MAD) des préparations par la pharmacie (ok chimio médical – dispensation) sont étudiés.

3551 DS ont été préparées correspondant à 10,4% des préparations totales. 13 DS ont été jetées en février (2,71%) puis moins de 1% les mois suivants. Les prescriptions réalisées en UDJ pour lesquelles au moins une DS existe sont dispensées à 50% en DS ; 76% pour les préparations non anticipées et 85% (91% en juin) pour les prescriptions non anticipées et Ho. Les proportions de DS dispensées et potentielles sont étudiées : 27% (37% en juin) au total sur la période pour un taux potentiel de 32% (40% en juin). Le délai de MAD est de 21 minutes pour les DS (11 minutes après la validation pharmaceutique), contre 56 minutes pour les préparations nominatives. Pour 74% des délais anormalement longs de dispensation des DS, le retard est lié au délai entre l’état « préparé » et « dispensé » (Rituximab SC dans près de 40% des cas).

Les résultats évoluent depuis la mise en place, en lien avec la familiarisation des équipes médicales et pharmaceutiques avec le concept. Une meilleure planification de la production des DS doit permettre d’éviter les ruptures de stock de DS et ainsi mieux couvrir les prescriptions de l’UDJ. Les DS permettent de fluidifier l’activité à la pharmacie et de l’UDJ et de diminuer le temps d’attente du patient. Une enquête de satisfaction adressée aux préparateurs, IDE et prescripteurs a confirmé l’intérêt de chacun. De nouvelles DCI vont être mises en place afin d’améliorer encore ces résultats.



E-Poster