Auteurs

Peyrilles Elodie (Pharmacie - UPAC, Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, France) | Sankhare Dieynaba (Pharmacie - UPAC, Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, France) | Jourdan Nathalie (Pharmacie - UPAC, Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, France) | Madelaine-chambrin Isabelle* (Pharmacie - UPAC, Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, France)

Présenté par: Madelaine-chambrin Isabelle




Introduction : Un rapport d’informations établi en septembre 2018 par les sénateurs français déclare qu’en 2017, 530 signalements de rupture de stock de médicaments ont été effectués auprès de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). L’objectif de ce travail est de réaliser un état des lieux de la pénurie prolongée de cytarabine intrathécale (IT) (Aracytine® 100 mg), médicament à risque largement utilisé dans un établissement universitaire spécialisé en hématologie.

Matériel et méthodes : Historique de la rupture de stock de cytarabine IT et comparaison des différentes spécialités reçues. Analyse des points critiques et des dysfonctionnements liés à cette pénurie. Mise en place d’actions correctives.

Résultats : Sur l’année 2018, 1 489 préparations de cytarabine IT ont été réalisées (2 % de l’activité) soit 6 cytarabine IT par jour ouvré. La pénurie de cytarabine IT a débuté depuis avril 2018 durant ainsi depuis 14 mois. A ce jour, afin d’avoir toujours un stock minimal, 6 spécialités différentes de cytarabine IT ont été mises à disposition de l’unité de préparation des anticancéreux (UPAC) avec des formulations galéniques, des dosages et des concentrations différents (cf tableau joint). Cependant, plusieurs points critiques ont été relevés. La posologie recommandée de cytarabine IT est de 30 ou 40 mg : le dosage à 1 000 mg mis à disposition lors de la pénurie, a obligé les pharmaciens à modifier la durée de conservation du reliquat (passant à 24h) entrainant lors du stockage au sein des isolateurs, un risque de confusion avec la cytarabine IV.   En effet, la cytarabine IV 2 g (100 mg/ml) ne peut pas être administrée par voie IT. De plus, les flacons étrangers importés ne comportent pas les mentions obligatoires habituellement retrouvées pour les préparateurs à l’origine d’une difficulté d’identification des flacons au sein de l’UPAC. Enfin, les variations de concentration (20 ou 50 mg/mL) selon les spécialités disponibles ont obligé les pharmaciens à établir des modes opératoires différents et à informer de manière continue les unités de soin des changements afin de limiter les erreurs (cas des cytarabines IT préparées dans les services hors horaire d’ouverture de l’unité). Pour pallier aux dysfonctionnements rencontrés, une procédure de gestion de stock et de création de produits dans le logiciel Chimio® en situation de rupture a été établie.

Discussion/Conclusion : L’exemple de la pénurie de cytarabine IT montre la difficulté à gérer une rupture de façon prolongée avec un temps pharmaceutique dédié important, une obligation de modifier les pratiques et surtout un impact sur la sécurisation du circuit des médicaments notamment lorsqu’il s’agit d’un produit à risque. Le nombre croissant de ruptures dont les pharmaciens doivent faire face quotidiennement  oblige à une gestion minutieuse des stocks afin de toujours répondre au besoin médical.



E-Poster