Auteurs

Brouard Pascale* (Pharmacie, Unité de Pharmacie Oncologique (UPO), CHU Caremeau, Nîmes, France) | Daumas Claire (Pharmacie, Unité de Pharmacie Oncologique (UPO), CHU Caremeau, Nîmes, France) | Gillet Christelle (Pharmacie, Unité de Pharmacie Oncologique (UPO), CHU Caremeau, Nîmes, France) | Jambon Julie (Pharmacie, Unité de Pharmacie Oncologique (UPO), CHU Caremeau, Nîmes, France) | Favier Mireille (Pharmacie, CHU Caremeau, Nîmes, France) | Kinowski Jean-marie (Pharmacie, CHU Caremeau, Nîmes, France) | Cousin Christelle (Pharmacie, Unité de Pharmacie Oncologique (UPO), CHU Caremeau, Nîmes, France)

Présenté par: Brouard Pascale




Introduction

La surcharge d’activité de notre hôpital de jour d’onco-hématologie et le manque de place pour accueillir de nouveaux patients, nous amènent à envisager des solutions pour diminuer la durée des rendez-vous des patients pour chimiothérapie. Différentes pistes sont abordées comme la prise des prémédications à domicile ou encore la diminution des durées de perfusion quand cela est possible.

Le daratumumab (DARA) est un anticorps monoclonal prescrit dans le myélome multiple, s’administrant à débit progressif sur 3h30 en moyenne à partir de la troisième perfusion. L’article de Barr et al.* suggère, sur une petite cohorte de patients, la possibilité d’une administration sans danger en 1h30.

Ainsi, à partir de janvier 2019, il a été décidé en comité du médicament d’envisager la perfusion de DARA en 1h30 à partir de la 3ème injection en cas de bonne tolérance des précédentes. Nous revenons ici sur l’expérience des 6 derniers mois afin d’évaluer rétrospectivement la tolérance de ces perfusions.


Matériels et méthodes

A l’aide du logiciel CHIMIO® nous avons extrait le nombre de patients ayant reçu du DARA entre janvier et juin 2019 en 1h30. Grâce aux commentaires d’administration des infirmiers dans le logiciel nous avons noté les éventuels incidents d’administration.

Résultats
Depuis janvier 2019, 7 patients ont reçu du DARA en 1h30, soit 100% des patients pouvant passer à cette durée de perfusion à partir de la 3ème injection. Ils l’ont reçu en moyenne à la 11ème cure [4 ;21] et ont reçu chacun en moyenne 6 injections en 1h30 [3 ;9]. Ils recevaient tous du DARA en monothérapie.

Au total, 41 injections en 1h30 ont eu lieu. Aucun incident d’administration n’a été reporté sur ces administrations. Aucun patient n’est repassé à un débit de perfusion progressif ou à une perfusion plus longue. Parmi ces 7 patients, 2 avaient fait une réaction légère à l’une des 2 premières perfusions (hypertension).

 

Discussion/Conclusion

Ce retour d’expérience sur 6 mois nous conforte sur la faisabilité et la sécurité de la perfusion du DARA en 1h30. Aucun patient n’a montré de signes d’intolérance et n’a dû repasser à une perfusion plus longue. Toutefois, nous devons rester vigilants sur le long terme et surveiller les perfusions à venir, notamment dans le cadre des associations ayant maintenant l’AMM.

Cette modification a satisfait l’ensemble des patients et a permis un gain de temps non négligeable en hôpital de jour pour la planification des rendez-vous de chimiothérapie.

 

*  : Barr et al., Ninety-Minute Daratumumab Infusion is Safe in Multiple Myeloma, Leukemia. 2018 Nov; 32(11): 2495–2518.



E-Poster