Auteurs

Perroux Charlène* (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | Yosofi Chabnam (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | Hoerdt Aurélien (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | Mitreski Sonia (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | Massot Victor (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | Plichon Chloé (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France) | André Virginie (Unité de Biopharmacie Clinique Oncologique à Bretonneau (UBCO), Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours, France)

Présenté par: Perroux Charlène




  • Introduction:

La production de chimiothérapies peut entrainer une toxicité lors d’exposition prolongée, il parait donc primordial de protéger le personnel de ce risque. Cette étude a pour but d’évaluer la contamination résiduelle des surfaces de l’unité, l’efficacité des procédures de nettoyage et les mesures correctives mise en place à la suite d’une première étude.

  • Matériels et méthodes

Vingt molécules, analysées au centre Léon Bérard de Lyon ont été sélectionnées. Dix points de prélèvement ont été réalisés par une équipe indépendante de l’UBCO : six points de prélèvement réalisés à l’intérieur des isolateurs (gants en néoprène, plan de travail) après la procédure de bio-nettoyage quotidienne et, quatre points de prélèvements réalisés à l’extérieur des isolateurs (caisse de livraison, plan de travail du préparateur référent et de l’analyseur) en condition d’activité.

Les prélèvements ont été analysés par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse (LC MS/MS). La teneur en cytotoxique a été dosée et catégorisée en fonction du seuil de détection prédéfini par le laboratoire.

  • Résultats

A l’extérieur des isolateurs, sur 64 prélèvements : 1 seul (1,6%) est contaminé par du 5-Fluorouracile devant l’analyseur. A l’intérieur des isolateurs, sur 108 prélèvements : 79 (73,1%) sont inférieurs au seuil, 18 (16,7%) sont entre une et dix fois le seuil, 8 (7,4%) sont entre dix et cent fois le seuil et 3 (2,8%) sont entre cent et mille fois le seuil. Les principales molécules retrouvées sont le 5FU, la gemcitabine, la cyclophosphamide et la cytarabine.

Les résultats montrent une diminution des seuils de contamination par rapport à une étude similaire réalisée en 2016 et donc une efficacité des mesures correctives. Les résultats à l’extérieur de l’isolateur  sont rassurants concernant l’exposition du personnel (Préparateurs en Pharmacie Hospitalière, Pharmaciens, Infirmiers, Agents hospitaliers).

  • Discussion/Conclusion

Les tests de contaminations de surfaces réalisés trimestriellement ou annuellement, permettent d’évaluer le niveau de contamination de l’environnement et du personnel, de mettre en place des actions correctives et d’évaluer leur efficacité. Le 5FU, principalement retrouvé, parait être un excellent marqueur, à suivre dans de prochaines études.



E-Poster