Auteurs

Carbasse Clément* (Service pharmacie, Institut du Cancer de Montpellier) | Stefanovic Arnaud (Service pharmacie, Institut du Cancer de Montpellier) | Perrier Caroline (Service pharmacie, Institut du Cancer de Montpellier) | Viala Marie (Service d'oncologie médicale, Institut du Cancer de Montpellier) | Leenhardt Fanny (Service pharmacie, Institut du Cancer de Montpellier) | Pinguet Frédéric (Service pharmacie, Institut du Cancer de Montpellier)

Présenté par: Carbasse Clément




Introduction :

Au sein de notre établissement, les patients bénéficient d’une consultation de primo-prescription de thérapie orale anticancéreuse tripartite (médecin, pharmacien, infirmier). Les sujets âgés, en raison de leur fragilité, bénéficient parfois d’une initiation de thérapie orale (TO) à dose adaptée d’emblée par l’oncologue.

L’objectif de notre travail est d’identifier les thérapies orales introduites à doses adaptées lors de la primo prescription ainsi que les critères de réductions de dose.

Matériel et Méthodes :

L’analyse a porté sur le nombre de primo-prescription de TO chez les patients de plus de 70 ans pour laquelle une adaptation de dose avait été proposée. Analyse rétrospective sur 3 ans (Avril 2016 à Avril 2019).

 

Résultats :

Sur 972 primo-prescription de TO, 322 primo-prescription concernaient des patients ≥ 70 ans (33%). Chez ces sujets âgés, nous avons sélectionné 4 molécules (Afatinib, Palbociclib, Pazopanib et Sorafénib) sur les 39 prescrites pour lesquelles les adaptations de doses étaient les plus fréquentes (total de 74 patients).

Au sein de la population étudiée (N=74), 31% des patients bénéficiant d’une adaptation de posologie ont une moyenne d’âge plus élevée (82 ans versus 74 ans).

  • Afatinib adapté chez 56 % (9/16) des patients, avec une réduction de dose de 25% (20mg pour 7 patients) à 50% (20mg pour 2 patients).
  • Palbociclib adapté chez 16 % (7/43) des patients, avec une réduction de dose de 20% (100 mg pour 4 patients) à 40% (75mg pour 3 patients).
  • Pazopanib adapté chez 25 % (2/8) des patients, avec une réduction de dose de 50% (400mg pour 2 patients).
  • Sorafénib adapté chez 71 % (5/7) des patients, avec une réduction de dose de 25% (600mg chez 4 patients) à 50% (400mg chez 1 patient).

Les critères identifiés d’adaptation de posologies pour l’oncologue sont : l’âge, un score OMS ≥ 3, la présence de comorbidités associées ou d’interaction médicamenteuse. Une évaluation oncogériatrique a été réalisé chez seulement 17% patients ayant eu une adaptation de dose d'emblée (N=4/23).

Les arrêts de traitements pour toxicité étaient aussi fréquents dans le groupe dose adaptée d’emblée ou dose standard (environ 13% des patients).

 

Discussion / Conclusion :

A l’heure actuelle, aucune recommandation n’est établie sur l’adaptation de dose à l’initiation des thérapies orales chez le sujet âgé pour les molécules étudiées. Les critères identifiés de réduction de dose caractérisent une population a risque de fragilité parmi des sujets âgés. Il est alors primordial d’identifier ces patients et de les orienter vers les oncogériatres. L’objectif de notre centre est de développer un partenariat pharmacien, oncologue et oncogériatre. Le développement d'essais cliniques autour des thérapies orales chez le sujet âgé est une priorité pour sécuriser leurs prises en charge.



E-Poster