Auteurs

Carbasse Clément* (Institut Sainte Catherine (Avignon)) | Estournet Chloé (CH de Narbonne) | Rocanières Pierre (CH de Carcassonnne) | De Crozals Françoise (Institut Sainte Catherine (Avignon))

Présenté par: Carbasse Clément




Introduction :

Le développement de l’accompagnement éducatif des patients sous anticancéreux oraux est un objectif du Plan Cancer 2014-2019. Nous avons proposé un questionnaire qui nous a permis d’établir un état des lieux national des activités mises en place au sein des structures hospitalières.

L’objectif est d’identifier les activités proposées dans les différents centres français.

 

Matériel et méthodes :

Un formulaire à questions fermées a été transmis aux pharmaciens exerçant dans un centre possédant une autorisation d’activité en cancérologie, hormis ceux consacrés à la radiothérapie, d’après les données de l’Institut National du Cancer mises à jour le 7 mars 2018. Un courriel a également été diffusé avec le soutien de la Commission Junior de la SFPO et de l’Association pour le Digital et l'Information en Pharmacie (ADIPh). Les réponses ont été recueillies du 1er août au 31 octobre 2018.

 

Résultats :

Sur 364 centres contactés, 101 ont répondu (28 %): 51 Centres Hospitaliers Généraux (CHG), 25 Centres Hospitaliers Universitaires (CHU), 14 structures privées (hors Centres de Lutte Contre le Cancer (CLCC)) et 11 CLCC.

Sur 101 centres, 64 ont mis en place des activités d’accompagnement, soit 100% des CLCC, 80% des CHU, 51% des CHG et 50% des autres structures privées.

Parmi les activités d’accompagnement, 57 établissements proposent des consultations pharmaceutiques dans le cadre de primo-prescriptions d’anticancéreux oraux, 29 effectuent des conciliations pharmaceutiques et 22 ont mis au point des programmes d’éducation thérapeutique ETP (16 centres réalisent les 3 activités).

Le nombre moyen de patients pris en charge par semaine est soit inférieur à 2 (34% des centres), soit compris entre 2 et 5 (38%), soit supérieur à 5 (28%).

20 centres ont reçu un financement pour l’accompagnement des patients (9 CHG, 6 CHU, 3 CLCC et 2 Privés) : 12 appels à projet (AAP) de l’Agence Régionale de Santé, 6 AAP par enveloppe « Missions Intérêt Général », 3 financements spécifiques d’ETP.

Il existe un lien ville-hôpital pour 54 structures, principalement avec les officines (53 centres), les médecins traitants (26 centres) et les infirmiers libéraux (10 centres).

Enfin 49% des centres qui n’effectuent pas d’accompagnement en ont le projet à court terme (fin 2019).

 

Conclusion :

En adéquation avec le Plan Cancer, de plus en plus de structures proposent ou projettent des activités d’accompagnement pour les patients traités par anticancéreux oraux. On remarque des disparités dans l’instauration et l’exécution des activités entre chaque type de centres. Cela s’explique pour certains par un manque de ressources humaines et de financement.

Ces activités visent à donner plus d’autonomie aux patients dans la gestion de leur traitement. Il est donc primordial de s’organiser au sein des équipes soignantes et pharmaceutiques, tant hospitalières qu’officinales, pour sécuriser cette transition dans la prise en charge de la patientèle.



E-Poster