Auteurs

Ouasrhir Abdelali* (Service pharmacie oncologique, centre d’oncologie HASSAN II d’Oujda / Laboratoire de physiologie de génétique et d’ethnopharmacologie, Faculté des sciences d’Oujda, Royaume du Maroc)

Présenté par: Ouasrhir Abdelali




Introduction :

Le circuit de chimiothérapies est un système complexe, sensible et nécessite plusieurs intervenants (médecins, infirmiers, pharmaciens...). Avec l’apparition des nouvelles approches, plusieurs chimiothérapies intraveineuses ont été remplacées par des traitements oraux. Ces traitements oraux sont caractérisés par leurs effets indésirables, d’où la nécessité d’éduquer les patients vis à vis ces effets. Notre objectif est d’évaluer l’accès des patients cancéreux à l’information au sein de l’hôpital

Matériels et méthodes :

Il s’agit d’une étude transversale, mené au centre d’oncologie d’Oujda chez 100 patients sous des chimiothérapies orales entre le 15 mars et le 10 avril. Il a été réalisés par un questionnaire anonyme et les résultats ont été traité et analysé par SPSS

Résultats

77% des patients de l’étude sont de sexe femme, 70% sont des analphabètes et ainsi que 77,5% sont d’un niveau socio-économique bas (mois de 200 euros par mois).  97,5 % des patients ont reçu des informations sans être obligé de demander, 93,5 % affirment qu’ils sont satisfait des informations présentés, 55% affirment que les outils d’informations sont bons par contre 35% dites que les outils sont moyen. Et après que nous avons posé la question : êtes-vous satisfait de l’accueil au niveau de l’unité d’éducation thérapeutique / 100 % ont répondu par oui.

Conclusion :

La mise en place des outils de communication verbale directe et en vidéo permet de mieux gérer l’ensemble des risques liées aux effets indésirables et cela permis l’amélioration de la qualité des soins des patients atteints des cancers dans le centre d’oncologie d’Oujda (Maroc)

Pas de lien disponible pour ce poster.