Auteurs

Le Moigne Alexis* (Département de Pharmacie Clinique, Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus) | Steinmetz Christelle (Département de Pharmacie Clinique, Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus) | Annereau Maxime (Département de Pharmacie Clinique, Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus) | Rieutord André (Département de Pharmacie Clinique, Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus) | Desmaris Romain (Département de Pharmacie Clinique, Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus)

Présenté par: Le Moigne Alexis




Introduction :

L’Hôpital Gustave Roussy Cancer Campus s’est doté de deux robots de préparation de chimiothérapies injectables en 2018 (APOTECAchemo®, Loccioni). Ces achats s’inscrivent dans un contexte d’activité croissante et dans une démarche d’amélioration continue de la sécurisation du processus de préparation et de la sécurité du personnel. Cette étude propose une évaluation de la contamination chimique des poches et des surfaces dans l’enceinte de préparation du robot n°1.

Objectif :

Réaliser un état des lieux de la contamination chimique des poches préparées par le robot APOTECAchemo® en condition réelle de production comparées aux poches réalisées manuellement sous isolateur.

Matériels et Méthodes :

Des prélèvements à partir de papiers filtres (pf) ont été réalisés grâce à un kit fourni par le laboratoire MASS (Centre Léon-Bérard/Hospices Civils de Lyon) sur différentes zones. Les échantillons prélevés ont ensuite été analysés par LC MS/MS afin d’identifier et de quantifier en ng/pf les contaminations éventuelles par 20 molécules les plus fréquemment manipulées par le robot. Les prélèvements ont été réalisés sur les surfaces de 7 zones du robot (Image 1 : zone de chargement, bras porte seringue et plan de travail de la zone de chargement, zone d’agitation, bras porte seringue et plan de travail de la zone de fabrication, zone de stockage des flacons entamés) et sur les surfaces de 8 poches, 4 préparées par le robot et 4 préparées manuellement sous isolateur, contenant respectivement de l’Oxaliplatine, du Cyclophosphamide (CP), du 5-Fluorouracile (5-FU), et du Paclitaxel.

Résultats :

Le robot a présenté une contamination pour chacune des 7 zones prélevées, avec deux contaminations de surface significatives (porte-seringue en zone de préparation, supérieures à 5000 ng/pf pour le 5-FU et 580 ng/pf pour la Gemcitabine). En revanche, aucune poche préparée par le robot n°1 n’a présenté de contamination. Les 4 poches préparées sous isolateur sont toutes contaminées avec du 5-FU, et 1 poche de CP était significativement contaminée par du CP (110ng/pf).

Discussion/ conclusion :

La zone la plus contaminée du robot est le porte-seringue qui maintient les seringues remplies de chimiothérapies. Les autres zones sont contaminées dans une moindre mesure. Les surfaces des poches ne sont pas contaminées contrairement à celles préparées en isolateur. Cette étude montre l’intérêt de la préparation robotisée pour maitriser la contamination des surfaces des poches et limiter les risques de contamination pour les soignants et patients. Cette étude permet de mieux cibler le nettoyage des robots sur les zones contaminées et de sensibiliser les opérateurs sur ces zones à risque. D’autres études permettront de confirmer ces résultats préliminaires.



E-Poster