Auteurs

Belo Sephora* (Hématologie-Immunologie pédiatrique, hôpital Robert Debré, Paris, France) | Renaud Stéphane (Hématologie-Immunologie pédiatrique, hôpital Robert Debré, Paris, France) | Grain Audrey (Hématologie-Immunologie pédiatrique, hôpital Robert Debré, Paris, France) | Bourdon Olivier (Hématologie-Immunologie pédiatrique, hôpital Robert Debré, Paris, France) | Roupret-serzec Julie (Hématologie-Immunologie pédiatrique, hôpital Robert Debré, Paris, France)

Présenté par: Belo Sephora




Introduction :

En pédiatrie, plusieurs facteurs complexifient la prise en charge médicamenteuse au retour à domicile.

Les erreurs médicales et le défaut d’observance sont des facteurs limitant le succès thérapeutique notamment chez les patients greffés de cellules souches hématopoïétiques ou traités par chimiothérapie orale.

Les objectifs de cette étude préliminaire sont :

-d’évaluer le bénéfice et la faisabilité de réaliser des entretiens pharmaceutiques téléphoniques de suivi, qui ont pour but de détecter les erreurs médicales, le défaut d’observance et les difficultés de chaque enfant.

-d’évaluer l’impact de la participation du pharmacien dans la transition du parcours de soin.

Matériel et méthode :

Étude prospective, monocentrique, interventionnelle réalisée dans un centre de Référence d’hématologie-immunologie pédiatrique. De Novembre 2018 à avril 2019, les patients rentrant à domicile et ayant bénéficié d’un entretien pharmaceutique de sortie étaient éligibles. Ils étaient inclus, après consentement oral, s’ils avaient au moins un médicament à risque sur l’ordonnance de sortie : chimiothérapie per os, immunosuppresseur, médicaments à marge thérapeutique étroite ou à surveillance particulière. Durant l’hospitalisation, un entretien pharmaceutique de sortie incluant de l’éducation thérapeutique est réalisé à l’aide d’un plan de prise personnalisé. En sortie d’hospitalisation, un entretien téléphonique est programmé à J7 de la sortie.

L’évaluation des difficultés d’observance, des erreurs médicamenteuses et des ruptures de traitements causées par les transitions hôpital-ville, est réalisée à l’aide d’un questionnaire.

Les critères évalués étaient : l’environnement social de l’enfant et la catégorie socio-professionnelle de l’aidant principal, les erreurs d’administration des médicaments à risque, les oublis de prise et les non administration ainsi que leurs causes, la présence de difficultés à l’administration des traitements, l’action des parents face à ces difficultés, le taux de satisfaction des parents et la durée moyenne des entretiens.

 

Résultats :

37 patients ont été inclus dont 30 avec un anticancéreux oral ou un immunosuppresseur. L’âge moyen est de 6,02  +/- 3,6 ans et la majorité étaient traités pour une leucémie aigüe (81,1%).

15 erreurs à l’administration des médicaments à risque ont été détectées.

18 oublis de prises ou non administrations de médicaments ont été détectés dont 2 liés à une rupture de traitement lié au relais hôpital-ville.

23 enfants présentaient des difficultés à la prise des traitements et 13 parents n’ont rien entrepris face à ces difficultés. Des conseils et une ré-explication ont été donnés à chaque difficulté dont 16 se sont avérés bénéfique pour leur résolution.

Le taux de satisfaction des parents est de 97.10 % et la durée moyenne des entretiens de 16.5 +/- 10 minutes.

Conclusion

Le déploiement des entretiens téléphoniques de suivi semble une évidence car seulement 5 patients ne présentent aucune erreur, défaut d’observance ou difficulté.

Ceux-ci permettent de cibler les enfants nécessitant un suivi particulier et de développer des interventions personnalisées.



E-Poster