Auteurs

Stolz Kennora (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Truong-minh Jullie (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Danckaert Alice (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Giraud Jean* (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Pingaud Céline (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France)

Présenté par: Giraud Jean




  • Introduction

La préparation centralisée des anticancéreux peut être réalisée en flux tendu ou dans des isolateurs dits « en stockage ». Un inconvénient du travail en stockage pouvait être l’identification de la préparation, nécessitant la stérilisation préalable des étiquettes. L’évolution des technologies nous a permis de nous affranchir de cette contrainte.

  • Matériels et méthodes

Il a été décidé de munir nos isolateurs d’imprimantes permettant l’impression synchronisée des étiquettes d’identification des préparations dans l'isolateur, et des fiches de fabrication dans la zone administrative. Un cahier des charges a été établi afin de référencer une imprimante répondant à nos besoins. L’impact de ce nouveau matériel a été évalué par la comparaison du nombre de stérilisations réalisées sur deux périodes d’un mois avant et après ce référencement, et pour lesquels le nombre de préparations était équivalent. L’impact économique a également été mesuré.

  • Résultats

Deux imprimantes étaient référencées en décembre 2018 et répondaient aux caractéristiques suivantes : imprimantes compactes, WIFI, facilement nettoyables et résistantes aux agents d’entretien, notamment au peroxyde d’hydrogène. Une comparaison a été effectuée sur les mois de novembre 2018 et d’avril 2019 pendant lesquels 1045 et 1095 préparations ont été réalisées. Le nombre total de stérilisations en novembre et avril étaient respectivement de 351 et 265, soit un nombre de stérilisations avant référencement 32% supérieur.
Le volume utilisé de peroxyde d’hydrogène était de 12,30L pour le mois de novembre et de 9,30L en mai, ce qui a permis une économie mensuelle de 150€. Considérant le prix d’achat de ces imprimantes d’une valeur avoisinant les 800€ (400€ l’unité), celles-ci ont pu être amorties en 5 mois.

  • Discussion/Conclusion

L’automatisation de l’édition des étiquettes dans l’isolateur lors de l'édition de la fiche de fabrication a permis de diminuer des manipulations (impression manuelle, préparation et stérilisation des étiquettes). Le parfait interfaçage de ces imprimantes  avec notre logiciel de production semble permettre la diminution du risque d’erreurs d’identification des préparations et un gain de temps pour l'ensemble de l’équipe. Ce référencement n'a entraîné aucun surcoût, au contraire, des économies pourront être envisagées au long cours.
Ces dispositifs semblent sécuriser et optimiser la préparation des chimiothérapies et s'intègrent facilement à toutes les organisations de travail. A l'avenir, cette démarche de sécurisation pourra être poursuivie par la dématérialisation des fiches de fabrication et la mise en place de la gravimétrie in process.



E-Poster