Auteurs

Nevado Elodie (Pharmacie à usage intérieur, hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Huet Soline (Pharmacie à usage intérieur, hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Chastang Frédéric Antoine (Pharmacie à usage intérieur, hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Jost Jérémy (Pharmacie à usage intérieur, hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Maillan Gaëlle* (Pharmacie à usage intérieur, hôpital Dupuytren, Limoges, France)

Présenté par: Maillan Gaëlle




Introduction :

Au cours de l’année 2018, nous avons eu un changement de marché portant sur les poches de solutés. Plusieurs déclarations d’événements indésirables concernant le temps d’administration des anticancéreux ont été faites. Après analyse de différents paramètres lors d’un CREX (comité de retour d’expérience), nous avons émis l’hypothèse que les non conformités provenaient du volume initial des poches. Nous avons donc souhaité évaluer le sur-remplissage de nos nouvelles poches.

 

Matériels et méthodes :

Le laboratoire commercialisant ces poches, fournit des valeurs minimales de remplissage, définies comme valeurs théoriques de référence dans cette étude. Afin d’obtenir des valeurs de référence et la relation pesée/volume, la mesure des volumes des poches ainsi que leurs pesées (poche pleine, poche vide) a été effectué sur trois poches pour chaque série de NaCl 0,9% ou G5% (50mL, 100mL, 250mL et 500mL). Ensuite, une série de pesées de 30 poches pleines par lot a été effectué (1 ou 2 lots en fonction du type de poche). Ces données ont été recueillies et analysées dans un tableur Excel®. Pour chaque série de données, la normalité a été testée avec le test de Shapiro-Wilk. Une analyse descriptive et inférentielle a été réalisé par les tests de Student ou de l’écart réduit pour la comparaison des moyennes de remplissage observées à la valeur de référence du laboratoire. Le seuil de significativité était fixé à 5%.

 

 

Résultats :

Pour l’ensemble des séries, le remplissage des poches n’était pas significativement différent du remplissage mentionné par le laboratoire. Lorsqu’il y avait plusieurs lots pour un même type de poche, les moyennes observées ont été comparé et aucune différence significative n’a été mise en évidence.

Le sur-remplissage de nos poches était de 8,6% (6% théorique laboratoire) pour les poches de 50mL, 7,5% (4% théorique laboratoire) pour les poches de 100mL, 6,7% (6% théorique laboratoire) pour les poches de 250mL, 4,2% (3,4% théorique laboratoire) pour les poches de 500mL.

 

 

Discussion/Conclusion :

Il serait intéressant de pouvoir faire ces tests sur un plus grand nombre de lots ayant des durées limites d’utilisation diverses, puisque ces données de sur-remplissage fournies par le laboratoire sont des valeurs minimales qui doivent être applicables à péremption. Le laboratoire prend ainsi en compte le fait qu’une évaporation du soluté est possible dans le temps.

Notre étude a donc permis d’exclure l’hypothèse d’une différence significative entre le volume théorique et le volume réel des poches. Les données fournies par le laboratoire serviront aux calculs des concentrations et des volumes finaux de nos préparations, données automatisées grâce au logiciel CHIMIO®.

La conclusion du CREX a, tout compte fait, mis en évidence une inhomogénéité des pratiques d’administration des préparations de chimiothérapies sur pompe.



E-Poster