Auteurs

Delamotte Margaux* (Pharmacie, Centre hospitalier de Blois) | Perichon Paul-olivier (Pharmacie, Centre hospitalier de Blois) | Emmanuel Douez (Pharmacie, Centre hospitalier de Blois) | Breton Philippe (Pharmacie, Centre hospitalier de Blois) | Emonet Mathilde (Pharmacie, Centre hospitalier de Blois)

Présenté par: Delamotte Margaux




  • Introduction :

    Les logiciels d'analyses pharmaceutiques permettent l’étude de prescriptions et la détection d’interactions médicamenteuses (IM). Ces outils sont incrémentés via des banques de données (Thériaque®, Vidal®, BCB®…), elles-mêmes actualisées selon les thésaurus des interactions médicamenteuses de l’ANSM. Lors de l’analyse de prescriptions, les interactions sont très nombreuses. Le pharmacien clinicien doit prioriser et avoir en tête des signaux d’alertes pour repérer les IM cliniquement pertinentes.

  • Matériels et méthodes :

    Monsieur X, 54 ans, est hospitalisé dans le service d’hématologie, pour la prise en charge d’une leucémie à plasmocytes, réfractaire aux différentes lignes de chimiothérapies. Il est traité par venclyxto (voie orale), dexamethasone (voie orale) et bortézomib (voie sous-cutanée). Le patient développe une aspergillose pulmonaire pour laquelle il est prescrit du voriconazole injectable. Au cours de l’analyse pharmaceutique de cette prescription, le logiciel Pharma® ne relève aucune contre-indication. Premier signal d’alerte pour le pharmacien : le voriconazole (antifongique azolé) est un puissant inhibiteur de différentes isoformes du cytochrome P450 (2B6, 2C9, 2C19, 3A4). Second signal d’alerte : en consultant le résumé des caractéristiques du produit (RCP), on constate que le venclyxto est un médicament à marge thérapeutique étroite, substrat du CYP 3A4. Les outils d'analyses (Thériaque®, VidalHoptimal®...) ne mettent en avant aucune interaction médicamenteuse entre le voriconazole et le venclyxto.

  • Résultats:

    L’information est finalement obtenue dans le RCP : le voriconazole inhibe le métabolisme et augmente les concentrations plasmatiques du venclyxto. L’association est contre-indiquée en raison du risque accru de survenue d'effets graves tel que l'apparition d'un syndrome de lyse tumorale (SLT), pouvant entraîner une insuffisance rénale. Si l'administration de l'antifongique est nécessaire, la dose de venclyxto doit être réduite d'au moins 50% et les patients surveillés étroitement. La dose de venclyxto qui était administrée avant l'instauration du traitement antifongique, doit être reprise 2 à 3 jours après l'arrêt de l'inhibiteur. Après appel et discussion avec l'hématologue, le venetoclax est diminué de 200mg à 50mg (soit une diminution de 75%).

  • Discussion/Conclusion :

    Dans ce case-report, nous constatons que les logiciels d’analyses ne sont pas exhaustifs et l’œil avisé et expert du pharmacien reste un outil indispensable pour l’analyse pharmaceutique et la détection des interactions médicamenteuses cliniquement et/ou biologiquement significatives. Deux sites se distinguent dans l’analyse de prescriptions. Le site drugs.com, qui était le seul à signaler la notion d'interaction majeure entre le venclyxto et le voriconazole. Le site DDI-Predictor.org, dédié à la prédiction quantitative de l’impact des interactions médicamenteuses et des polymorphismes génétiques, permet de faire des prédictions même pour des cas non documentés dans la littérature.



E-Poster