Auteurs

Brun Mélanie* (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Hachon Lorry (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Cousseau Romain (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Dumas Sophie (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Cros Cyrille (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Brandely-piat Marie-laure (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris) | Batista Rui (Pharmacie unité de préparations stériles oncologiques et ophtalmologiques - UPSO2, Hôpitaux Universitaires Paris Centre AP-HP, Paris)

Présenté par: Brun Mélanie




Le blinatumomab est indiqué dans la leucémie aigue lymphoblastique à précurseurs B avec chromosome Philadelphie négatif (LAL B Phi-) en rechute ou réfractaire. Il présente un mode d’administration spécifique (en continu, à concentration et débit fixes). Le coût élevé du traitement implique une optimisation de sa préparation afin de réduire le nombre de flacons consommés.1
L’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité et la tolérance du blinatumomab chez les patients traités dans notre établissement ainsi que l’économie réalisée grâce à l’optimisation du mode opératoire

Les données ont été recueillies entre janvier 2018 et mai 2019. L’indication, la ligne de traitement, l’efficacité évaluée par la réalisation d’une greffe de cellule souche hématopoïétique (GCSH) et le relevé des effets indésirables (EI) ont été analysés. Un état des lieux de nos consommations a été comparé aux consommations théoriques calculées d’après les préconisations du résumé caractéristique du produit (RCP).

Neuf patients ont été traités : 5 pour une LAL B Phi-, 3 pour une LAL B Phi+ et 1 dans un lymphome B diffus à grandes cellules. Le  sex ratio H/F est de 2 et la médiane d’âge de 49 ans. Le blinatumomab est prescrit en médiane en 4èmeligne de traitement. Quatre patients ont été jusqu’à la GCSH, trois sont décédés et deux sont encore en cours de traitement par blinatumomab. Des EI ont été rapporté pour six des neufs patients dont 2 ont nécessité une réduction de dose : toxicité neurologique (2/6) et syndrome d’activation macrophagique (1/6).
La standardisation du volume des préparations a permis une consommation de 3 flacons de blinatumomab au lieu de 4 selon le RCP pour 50 préparations administrées sur 96 heures. Une erreur de préparation (erreur de solvant) a entrainé une consommation supplémentaire d’un flacon. Au total, les 119 préparations réalisées sur la période ont nécessité 326 flacons (880 200€) contre 375 flacons théoriques (1 012 500€), ce qui a permis une économie de 132 300€ (12,2%).

L’optimisation de nos préparations ne semble pas avoir eu d’impact négatif sur l’efficacité ou la tolérance au traitement par rapport aux résultats des essais cliniques de phase III.Grâce à la standardisation du volume des préparations, la consommation de flacons a été limitée. Cependant, le changement récent des tubulures spécifiques avec un volume mort plus important (6 ml au lieu de 3 ml) rend plus délicat l’adaptation du volume final de la poche. Cette optimisation de traitement a aussi permis de montrer que les RCP ne correspondent pas forcément à une réalité pratique de prise en charge des patients.

  1. Traitement par blinatumomab : un défi pour le pharmacien hospitalier, Vergne H. et al, SNPHPU, 2016
  2. Blinatumomab versus Chemotherapy for Advanced Acute Lymphoblastic Leukemia, Kantarjian H. et al, The New England Journal of Medicine, 2017


E-Poster