Auteurs

Mansour Bochra* (Hôpital abderrahman mami-Ariana-Tunisie)

Présenté par: Mansour Bochra




  • Introduction

Le cancer fait partie des maladies les plus redoutés dans le monde et dont la prise en charge thérapeutique est lourde.La chimiothérapie par voie orale a connu un développement considérable, mais une mauvaise adhésion au traitement peut avoir des conséquences très graves non seulement sur l’efficacité mais aussi sur la qualité de vie des patientes.  L'objectif de notre travail est d’évaluer le niveau d'adhérence des patientes atteintes d’un cancer du sein aux antiaromatases et identifier les facteurs prédictifs d’une mauvaise observance.

  • Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective réalisée au service de pharmacie interne de CHU Farhat Hached Sousse qui a porté sur 65 patientes atteintes d’un cancer du sein et mises sous hormonothérapie à base d’antiaromatases. L’évaluation de l’observance thérapeutique a été réalisée à l’aide d’un questionnaire de Moresky comportant 6 items. Les données ont été analysées à l’aide du logiciel SPSS.22.

  • Résultat

L’âge moyen des 65 patientes était de 55,95 ± 9,61 .Notre étude a montré que l'observance était bonne chez 16.92% patientes  de la population étudiée, mauvaise chez 21,54% patientes et  61,54% des patientes avaient de problèmes minimes d’observance. En effet,86% des patientes ont été traitées par le letrozole, 14% par l'exemestane et aucune par l’anastrozole .Les principaux facteurs prédictifs d’une mauvaise observance dans notre population sont le niveau scolaire, la prise antérieure du tamoxifène et la polymédication.

  • Discussion/Conclusion

Une association significative a été détectée entre la non-observance et le niveau scolaire (p=0,05).  En effet, 69,23% des patientes étaient analphabètes dont 55% avaient des problèmes minimes d’observance et 28,88% étaient non-observantes. Ceci pourrait être expliqué par la mauvaise connaissance du traitement,  l’ignorance de la maladie et des protocoles thérapeutiques et par la difficulté d’accès à l’information par des moyens simples comme la consultation de la notice.Aussi, nous avons trouvé une corrélation significative entre une mauvaise observance et  la prise antérieure de tamoxifène (p=0,04). Les patientes après deux ans de traitement, au minimum, se trouvent avec un mauvais état psychologique accentué par la lourdeur des autres techniques de prise en charge du cancer du sein comme la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.En outre, la polymédication est le facteur prédictif  le plus important d’une mauvaise observance dans notre population (p=0,03).Dans notre étude , 13.8% des patientes oubliaient leurs prises ; 36.9% confirmaient avoir des enjeux de mémoire et 78.5% ne respectaient pas les horaires de prise des comprimés.

Cependant, nous n’avons pas trouvé de corrélation entre l’observance et le niveau socio-économique, l’état psychomoteur, l’anti-aromatase utilisée, la survenue d’effets indésirables, les modalités d’administration et le lieu de résidence.

Malgré l’intérêt que présente l’hormonothérapie en termes d’efficacité, de tolérance et d’aisance pour le patient et le personnel de la santé, le problème d'adhésion au traitement reste limitant.



E-Poster