Auteurs

Planès Sara (Service Pharmacie, Hôpitaux Drôme Nord, Romans-sur-Isère, France) | Marchaud Angélique* (Service Pharmacie, Hôpitaux Drôme Nord, Romans-sur-Isère, France) | Lambert Chuum Rachel (Service Santé au travail, Hôpitaux Drôme Nord, Romans-sur-Isère, France)

Présenté par: Marchaud Angélique




Introduction
Dans le cadre de la démarche qualité de l’établissement et du suivi par la médecine du travail du personnel manipulant des médicaments anticancéreux injectables, nous avons procédé à une campagne de mesure de l’exposition aux cytotoxiques. Une première campagne de surveillance biologique de l’exposition avait eu lieu en 2015 et un nouveau financement a été octroyé en 2018.

Matériels et méthodes
Réalisation de prélèvements urinaires chez 19 agents (pharmaciens, préparateurs, infirmiers, aide-soignants, coursiers et ASH). Recherche de 5-FU (molécule la plus utilisée) et d’une autre molécule en fonction de l’activité du jour du prélèvement (cyclophosphamide, doxorubicine, épirubicine).
Prélèvements de surface (8 points à l’URCC et 7 points à l’hôpital de jour) avec recherche de 15 molécules cytotoxiques.
Analyse des prélèvements par le laboratoire de pharmacologie-toxicologie du CHU partenaire, par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse.

Résultats
Les prélèvements urinaires sont négatifs chez tous les agents.
Les prélèvements de surface retrouvent du 5-FU sur les 15 points (concentrations très faibles de 1 à 68 µg/L avec limite de quantification très basse). La surface la plus contaminée à l’URCC correspond aux gants en néoprène de l’isolateur. Le téléphone, la souris d’ordinateur, la poignée de porte et la paillasse de la salle isolateur sont également contaminés mais avec des quantités très faibles. On retrouve des traces de 5-FU non quantifiables sur l’intérieur des caisses de transport des poches de chimiothérapie mais des quantités légèrement supérieures de 5-FU et de doxorubicine sur l’extérieur. Enfin des traces de 5-FU sont également présentes sur la table de l’office situé à l’extérieur de la zone à atmosphère contrôlée (ZAC).

Discussion/Conclusion
Ces résultats montrent que les agents sont bien protégés de la contamination par les cytotoxiques par des équipements de protection individuels et une formation efficaces. Des actions d’amélioration sont toutefois  possibles pour limiter la contamination de l’environnement:
- Nettoyage quotidien à l’eau des gants néoprène de l’isolateur avant désinfection
- Changement des gants nitrile de l’aide-manipulateur plus fréquemment pendant la production
- Nettoyage quotidien du téléphone et de la souris après la production
- Rappel du port de gants par le pharmacien lors de toute manipulation de poche puis  enlever les gants pour l’informatique et le téléphone
- Nettoyage des caisses : utilisation d’une lingette pour l’intérieur puis changement de lingette pour nettoyer l’extérieur.
- Rappel du lavage des mains à l‘eau en entrant et en sortant de la ZAC
- Limiter au maximum la sortie de documents de la ZAC

Cette campagne a permis de rassurer le personnel quant à l’absence de contamination biologique.
Le 5-FU est le bon traceur pour les prélèvements urinaires car on le retrouve au niveau des prélèvements surfaciques. Nous souhaitons prévoir un suivi en 2020 pour évaluer les actions mises en place.



E-Poster