Auteurs

Nevado Elodie (Pharmacie à usage intérieur, Hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Roussin Fanny (Pharmacie à usage intérieur, Hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Chastang Frédéric Antoine (Pharmacie à usage intérieur, Hôpital Dupuytren, Limoges, France) | Maillan Gaëlle* (Pharmacie à usage intérieur, Hôpital Dupuytren, Limoges, France)

Présenté par: Maillan Gaëlle




Introduction :

Le Fichcomp est destiné à recueillir des informations sur la consommation de molécules inscrites sur la liste en sus. La production de ce dernier au sein des établissements de santé est une mission très chronophage mais obligatoire.

 

Matériels et méthodes :

Suite à la mise en place des codes LES « Liste En Sus » en septembre 2018, nous avons souhaité réaliser une étude nationale sur les modalités de gestion des Fichcomp.

Nous avons réalisé un questionnaire en ligne via Google Forms®, diffusé par email et mis en ligne sur le site de la SFPO, avec possibilité de réponse en ligne, par email ou courrier. Les items abordés lors de ce questionnaire étaient l’extraction, vérification, correction et envoi des FICHCOMP, ainsi que la veille des indications.

 

Résultats :

74 établissements ont répondu à ce questionnaire.

L’extraction des Fichcomp est majoritairement gérée par le pharmacien [78%, contre 16% par le département d’information médicale (DIM) et 6% par l’informatique]. Elle se fait pour 42% dans le logiciel CHIMIO®, pour 38% dans PHARMA® et 20% dans d’autres logiciels. Ces fichiers sont majoritairement vérifiés (90%) et corrigés (71%) par plusieurs services (pharmacie, DIM et informatique). Les erreurs le plus fréquemment décelées sont des erreurs de séjours (69%), d’indications (36%), de quantités (32%) et autres (12% : prix, type de Fichcomp). Le pharmacien reste cependant le principal acteur dans cette vérification, le DIM gérant principalement les problèmes de séjour. L’envoi de ces fichiers est majoritairement géré par le DIM (95% des cas).

La veille des indications est généralement faite par le pharmacien (95% des cas). Elle est informatisée dans 70% des cas : par interface entre CIO/PHARMA® (32%) ou CHIMIO® (19%) ou par d’autres logiciels (19%). Mais il reste toujours une part de saisie manuelle (30%).

Le temps pharmaceutique dédié à ces activités est très disparate d’un établissement à l’autre : de 15 minutes à 10 jours de travail pour les Fichcomp (5 heures en moyenne), et 10 minutes à 2 jours et demi pour les indications (4 heures en moyenne). Il faut cependant préciser que certains pharmaciens ayant répondu au questionnaire ne gèrent que les anticancéreux alors que d’autres gèrent également les ATU voir les autres médicaments.

 

Discussion/Conclusion :

La gestion des Fichcomp d’un établissement à l’autre est assez homogène avec une implication plus ou moins importante du DIM et/ou de l’informatique dans la vérification des séjours et des types de Fichcomp. En revanche la position du pharmacien reste centrale et permet de déceler des erreurs pouvant avoir un fort impact économique.



E-Poster