Auteurs

Daniel Thomas* (Hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), Service Pharmacie (AP-HP), Paris, France) | Jaccoulet Emmanuel (Hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), Service Pharmacie (AP-HP), Paris, France) | Prognon Patrice (Hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), Service Pharmacie (AP-HP), Paris, France) | Caudron Eric (Hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), Service Pharmacie (AP-HP), Paris, France)

Présenté par: Daniel Thomas




  • Introduction

Dans notre hôpital, un contrôle qualité analytique (CQA) pré-libératoire, combinant quantification et identification, est effectué sur les préparations d'anticorps monoclonaux (mAbs). Lors de leur manipulation et avant administration au patient, ceux-ci peuvent subir des stress entrainant la formation de mAbs dégradés. Nous avons évalué l'impact de divers stress appliqués à trois mAbs sur notre CQA.

  • Matériels et méthodes

Le rituximab, (10 mg/mL), le nivolumab (10 mg/mL), et le bévacizumab (25 mg/mL) ont été reconstitués dans des poches de NaCl 0.9% (C = 1 mg/mL). Des échantillons de 3 mL ont été soumis à un stress mécanique (750 tours/min, 4h), un stress thermique (50°C, 24h) et cinq cycles de congélation/décongélation (-20 °C, 24h / 25°C, 5 min). Une caractérisation physico-chimique par la turbidité, l'index d'agrégation (IA) et les propriétés de taille et de charge des mAbs a été réalisée en combinant la spectrophotométrie UV et les chromatographies d'exclusion stérique et d'échange d'ions. Une caractérisation structurale par l’analyse de la structure tertiaire a été effectuée à partir des spectres de dérivée seconde des mAbs. Le CQA des mAbs a reposé sur l'analyse par injection en flux (FIA) : la quantification a été effectuée à 280 nm avec une erreur relative de concentration (ER) acceptable de +/- 15% et la discrimination (275-300 nm) était assurée par un algorithme de matching avec un signal issu d’une bibliothèque spectrale.

  • Résultats

Aucun changement significatif de l'IA a été observé après congélation/décongélation (IA <3,5%). Des agrégats ont été mis en évidence après agitation (IA >19,5%) et chaleur (IA >5%). Une forte proportion de monomères était obtenue pour chaque mAb (>96%). Le taux d'agrégats de taille >50 nm variait selon le mAb et le stress (1,8% à 18%). L'analyse des charges des surfaces des mAbs stressés et non stressés n'a pas montré de différences. Par contre, des différences spectrales significatives ont été observées. Lors de l’identification par CQA, le taux de reconnaissance spectrale était de 83,3%, 77,8% et 38,9% pour le nivolumab, rituximab et bévacizumab respectivement après agitation. Ce taux était de 66,7%, 55,6% et 27,8% pour le stress thermique et de 100%, 94,4%, 55,6% pour la congélation/décongélation. En termes quantitatifs, les stress thermiques et congélation/décongélation n'ont pas engendré de non-conformités (ER corrigée < +/- 4%). Les ER corrigées après agitation mécanique étaient >18%.

  • Discussion/Conclusion

Nous avons obtenu un panel de mAbs dégradés conduisant à des résultats du CQA très variables. Ceci peut s’expliquer notamment par les différences de sous-type d’immunoglobuline ou d'excipients présents dans les formulations. Notre CQA est potentiellement capable de stopper des préparations présentant des mAbs dégradés, excepté les IgG1 congelées/décongelées évaluées. L'expérience illustre la complexité des mécanismes de dégradation des mAbs mais aussi l'intérêt de l'analyse spectrale pour mettre en évidence ces dégradations.



E-Poster