Auteurs

Stolz Kennora (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Danckaert Alice (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Truongminh Julie (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Giraud Jean* (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France) | Pingaud Céline (Pharmacie, GHICL, Hôpital de Saint Vincent de Paul, Lille, France)

Présenté par: Giraud Jean




  • Introduction

En France, les préparations injectables d'arsenic sont réalisées à partir d'ampoules de verre, ce qui peut conduire à des difficultés lors de leur manipulation. La rupture d'approvisionnement de la spécialité française de trioxyde d'arsenic en 2017-2018 et sa substitution par un produit d'importation conditionné en flacon avec septum perforable a amené une réflexion sur le conditionnement de ce produit cytotoxique.

  • Matériels et méthodes

Un audit a été réalisé au sein de l'équipe de l'unité de préparation des chimiothérapies afin de recenser les problèmes liés au conditionnement en ampoule d’un cytotoxique. Le périmètre de cet audit abordait la sécurisation des professionnels de santé, la qualité de la préparation réalisée, les contraintes organisationnelles et économiques liées à ce conditionnement.

  • Résultats

Cinq préparateurs en pharmacie, trois pharmaciens et un interne ont participé à cet audit.
Concernant les risques pour les professionnels de santé, la manipulation des ampoules de verre peut entraîner des coupures et une déchirure des gants entraînant une perte d'étanchéité de l'isolateur. Les manipulateurs ne peuvent pas utiliser des dispositifs type Spike ou des systèmes clos, les contraignant à utiliser des aiguilles qui majorent le risque de piqûre.
La qualité des préparations est également à considérer ; risque de bris du flacon lors de l’ouverture avec dissémination de particules de verre dans la solution et risque de contamination croisée par aérosolisation et par contamination des gants du manipulateur.
Des contraintes organisationnelles ont également été relevées ; nécessité de dédier un temps à la réalisation exclusive des préparations à base d’arsenic et de laisser ventiler l’isolateur en aval. Ces contraintes, additionnées à celles liées à la spécificité du conditionnement, entraînent un rallongement du temps de préparation et plus d’attente pour le patient.
Le conditionnement en ampoule ne permettant pas la conservation des reliquats, une perte économique est également à relever.

  • Discussion/Conclusion

Les difficultés recensées impactent à la fois les patients et les professionnels de santé. La manipulation de trioxyde d’arsenic sous forme d’ampoule en verre présente suffisamment de d'inconvénients pour que ce conditionnement soit banni de nos unités de préparation de cytotoxiques. L’existence de spécialités équivalentes conditionnées en flacon avec septum perforable doit nous amener à faire évoluer nos pratiques rapidement.
L'ANSM a été contactée en décembre 2018 à ce sujet et une évolution des conditionnements était attendue au premier trimestre de l’année 2019. A cet égard, il paraît nécessaire de renforcer cette demande d’évolution auprès de nos tutelles.



E-Poster