Auteurs

Cathelineau Fanny* (GHICL - Hôpital St Vincent de Paul (Lille, France)) | Lakhmi Chahinaze (GHICL - Hôpital St Vincent de Paul (Lille, France)) | Vangheluwe Edouard (GHICL - Hôpital St Vincent de Paul (Lille, France)) | Giraud Jean (GHICL - Hôpital St Vincent de Paul (Lille, France)) | Pingaud Céline (GHICL - Hôpital St Vincent de Paul (Lille, France))

Présenté par: Cathelineau FannyGhicl - Hôpital St Vincent De Paul (lille, France)




  • Introduction

Ces dernières années plusieurs chimiothérapies orales ont vu leur mode de dispensation évoluer au profit des officines de villes. Dans notre établissement, des consultations pharmaceutiques sont réalisées pour tous les patients recevant une chimiothérapie orale de la réserve hospitalière. L’objectif de cette étude est d’étendre la démarche à toutes les chimiothérapies orales prescrites dans notre service d’onco-hématologie et dispensées en ville.

  • Matériels et méthodes

Un pharmacien participe aux réunions de concertation pluridisciplinaires hebdomadaires d’onco-hématologie. Les consultations pharmaceutiques sont réalisées systématiquement à l’initiation du traitement en hôpital de jour. Des supports pour la consultation pharmaceutiques comprenant historique du patient, bilan médicamenteux optimisé (BMO), évaluation de l’observance et questionnaire sur les connaissances du patient ainsi que des fiches de bon usage à destination des patients et des professionnels de santé ont été créés.

  • Résultats

10 patients ont été vus sur une période de 2 mois. Il s’agissait majoritairement d’hommes dont la moyenne d’âge s’élevait à 64,5 ans et dont le BMO comprenait en moyenne 6,5 médicaments. L’observance, évaluée avec le score de Girerd, était bonne pour 4 patients, minime pour 3 patients et mauvaise pour 1 patient, elle n’a pu être évaluée pour 2 patients. La répartition des patients par molécule était la suivantes : Venetoclax (n=5), Nilotinib (n=2), Imbrutinib (n=2), Bosutinib (n=1). Le temps moyen pour la préparation de l’entretien était de 12 minutes et la durée moyenne de la consultation était de 25,5 minutes. Une intervention pharmaceutique a été formulée. Le questionnaire patient servait de trame pour l’entretien et comprenait 9 questions notées sur 12 points. Le patient était évalué en début et fin de consultation. Le score moyen avant l’entretien était de 3,5 et de 10,8 après. Une enquête était remplie par les patients à l’issu de la consultation afin d’évaluer la pertinence de la démarche : 8 patients sur 10 étaient très satisfaits. L’officine de ville (n=9) ou l’infirmier (n=1) étaient contactés par téléphone pour présentation de la démarche, dispensation d’informations sur les traitements et les points de fragilités du patient. A la demande, l’envoi par mail des fiches de bon usage était réalisé.

  • Discussion/Conclusion

Ce travail a permis une montée en charge des consultations pharmaceutiques et une réflexion sur la nécessité du renforcement du lien ville-hôpital lors de l’initiation de chimiothérapies orales. Le pharmacien hospitalier fait partie intégrante du parcours de soin du patient grâce à la bonne collaboration des onco-hématologues prescripteurs. Les patients étaient très satisfaits de la démarche et les professionnels de santé de ville contactés reconnaissants pour le partage d’informations. Il serait pertinent d’évaluer les connaissances et l’observance des patients à long terme et d’élargir cette démarche à toutes les spécialités d’oncologie.



E-Poster