Auteurs

Nevado Elodie (Pharmacie à Usage Intérieur, CHU Dupuytren, Limoges, France) | Newton Richard (Pharmacie à Usage Intérieur, CHU Dupuytren, Limoges, France) | Roussin Fanny (Pharmacie à Usage Intérieur, CHU Dupuytren, Limoges, France) | Chastang Fréderic Antoine (Pharmacie à Usage Intérieur, CHU Dupuytren, Limoges, France) | Maillan Gaëlle* (Pharmacie à Usage Intérieur, CHU Dupuytren, Limoges, France)

Présenté par: Maillan Gaëlle




Introduction :

L’ipilimumab est un anticorps monoclonal anti CTLA-4 dont l’indication : mélanome avancé (non résécable ou métastatique) chez l’adulte, a été radiée au 01 mars 2018.

Nous avons souhaité faire une évaluation des pratiques en s’axant sur le bon usage, l’efficacité et la tolérance de l’ipilimumab au sein de notre centre hospitalo-universitaire (CHU).

 

Matériels et méthodes :

Une étude rétrospective a été réalisée sur les prescriptions d’ipilimumab de janvier 2017 à mai 2018. Une extraction des prescriptions via CHIMIO® a été effectuée. Les données des résultats biologiques ont été récupérées via CYBERLAB®, quant aux données médicales via CROSSWAY® et le dossier médical papier. Un tableau Excel® a été élaboré pour exploiter ces données.

 

Résultats :

9 patients atteints de mélanome ont bénéficié d’une prescription d’ipilimumab sur ces 17 mois d’étude :

- 3 en monothérapie (1 en 2ème ligne et 2 en 3ème ligne)

- 6 en association au nivolumab (en 1ère ligne).

Les principaux effets secondaires sont des diarrhées (45%, grade 1 à 3), des hépatites  (33%, grade 2 et 3), des nausées-vomissements (22%, grade 2), des colites (22% grade 1 à 3), des dysthyroïdies (11%, grade 1), des myalgies (11%, grade 2), et des éruptions cutanées (11%, grade 3).

En termes d’efficacité :

- 33% des patients sont toujours en traitement d’entretien par nivolumab,

- 33% ont progressé en cours de traitement (11% en monothérapie et 22% en association),

- 33% sont décédés (11% en 1ère ligne de traitement en association, et 22% en 3ème ligne) dont 66% d’entre eux n’ont pas reçu la totalité des 4 cures prévues.

 

Discussion/Conclusion :

Cette évaluation des pratiques montre que 100% des prescriptions sont conformes aux référentiels. Les effets indésirables rencontrés reflètent ceux des données de la littérature tant par la nature que par le grade. Une certaine efficacité pour certains patients a été observée dans notre CHU, en particulier pour les progresseurs lents. Malgré son intérêt et son efficacité démontrés, l’ipilimumab a été radié de la liste en sus. En termes de financement (12 300€ la cure pour un patient de poids moyen 70 kg, soit près de 50 000€ pour les 4 cures), une réelle question se pose pour la prise en charge au frais de l’hôpital pour ces patients en attente de traitement.



E-Poster